Tracer l’origine du café grâce à la blockchain

Le café est la deuxième matière première la plus échangée au monde, après le pétrole. 125 millions de personnes vivent de sa culture d’après la Fairtrade Fondation, et dans leur grande majorité ce sont de petits exploitants, vivant avec moins de 2$ par jour.

 Une start up de Denver, Bext Holdings souhaite faciliter l’accès à un prix équitable pour ces caféiculteurs. Elle propose une solution de traçabilité et de paiement instantané pour les grains de café issu du commerce équitable.

Vision industrielle & Intelligence artificielle

Couplant vision industrielle et IA, Bext a créé un robot mobile qui permet aux acheteurs une analyse rapide des quantités et de la qualité de grains directement dans le champ. Le robot évalue le pourcentage de baies de café en bon état ou endommagées, puis note le sac de café. Cette note est ensuite donnée à l’acheteur et au caféiculteur.

Blockchain : traçabilité des produits et digitalisation des paiements

Une fois la qualité du café évaluée, il est ensuite négocié à un prix équitable directement sur l’application. L’application permet des paiements digitaux aux cultivateurs et à toutes les parties prenantes (transporteurs, torréfacteurs, grossistes, détaillants) et récolte des données sur les grains, les montants des transactions entre les intermédiaires. 

Ce qui permet de tracer les biens du champ au consommateur final, en lui permettant d’interagir directement avec les communautés produisant le café.

L’application est reliée à la technologie blockchain de Stellar.org spécialisée dans les solutions de paiements simples et transparentes. L’application propose également une API qui permet de la relier à d’autres interfaces comme des programmes de fidélisation. D’après Dan Jones, le fondateur de Bext,« les consommateurs sont plus que jamais demandeurs de produits équitables, les entreprises cherchent à répondre à leurs attentes, pourtant la majorité des organismes du commerce équitable utilisent des mécanismes de traçabilité rudimentaires et très imprécis, les cultivateurs peuvent toujours être exploités.»

Son objectif à terme est d’apporter une transparence totale dans la supplychain du café, et d’autres matières premières comme le cacao.

On aime : la simplification de la mise en relation entre producteurs et consommateurs finaux, la volonté d’améliorer la tracabilité des produits et des transactions dans le commerce équitable.

Ça nous inspire : la généralisation de ce type de service permettrait de réduire les intermédiaires dans les circuit de distribution agricoles, la responsabilisation des consommateurs et une traçabilité maximale pour les produits alimentaires

#foodtech #innovation #social #local

It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone