Quantifier, cartographier, filtrer la pollution grâce aux objets connectés

Alors que la France connait actuellement un nouveau pic, et au moment ou le gouvernement chinois interdit les stations météo locales de lancer des alertes, l’accès aux données concernant la pollution et les outils permettant d’en minorer les effets sont au centre de toutes les préoccupations.

Deux Start up françaises, Plume Labs et Wair ont présenté au CES de Las Vegas des objets connectés pour lutter contre la pollution, en se fondant sur le quantified environment et les objets connectés.

Le quantified environment est également à l’origine du projet Quantify, mené par une équipe de 15 étudiants des écoles IONIS Group. L’équipe a créé un drone anti-pollution, qui grâce à des bactéries génétiquement modifiées détecte les particules polluantes. Les bactéries bioluminescentes s’éclairent avec plus ou moins d’intensité selon la concentration des polluants dans l’air ambiant.

 La start up lyonnaise Wair, a mis au point un foulard, à mi-chemin entre accessoire de mode et objet connecté, avec comme insight de départ : si les masques anti-pollution étaient plus esthétiques, leur usage serait généralisé. Avec un système de filtration directement intégré au tissu, relié à une application mobile, il permet non seulement de filtrer et purifier l’air respiré, mais mesure et indique la qualité de l’air ambiant, en fonction de la localisation.

Le capteur Flow quant à lui, développé par Plume Labs, est capable de quantifier le taux de quatre polluants (particules fines, ozone, oxydes d’azote et composés organiques volatils) cartographier la pollution et notifier l’utilisateur grâce à une application smartphone.

Ce dispositif permet à l’utilisateur de mieux comprendre, contrôler et diminuer son exposition à la pollution. Comme le précise Romain Lacombe, fondateur de Plume Labs, le quantified environment permet de « mieux comprendre son environnement, pour mieux s’en protéger, en évitant l’exposition aux endroits les plus pollués ». Comme les stations météo connectées Netatmo, Plume Labs souhaite créer une véritable communauté d’utilisateurs, pour cartographier en temps réel la pollution des grandes agglomérations.

La précommande du wearable est annoncée pour le printemps prochain. Plume Labs travaille également sur le marché B2B afin de proposer une API de prévisions de la pollution de l’air, grâce aux données collectées en temps réel par les utilisateurs, à l’historique de la pollution des villes et à des algorithmes de machine learning.

 

On aime : La prise en compte de l’importance de l’esthétique pour un usage quotidien des dispositifs personnels anti-pollution chez Wair. La combinaison d’IoT et d’une communauté d’utilisateurs chez Flow.

Ça nous inspire : le quantified environment, mieux mesurer pour mieux contrôler son environnement et ainsi diminuer les pratiques à risques, peut être transposé dans de nombreux domaines

 

#pollution #ecology #IoT #innovation #fashiontech

 

It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone