L’impression 3D dans la construction se concrétise

A la croisée de la robotique, de l’architecture et de la science des matériaux, la première maison française construite par impression 3D a été inaugurée le 21 mars 2018 à Nantes. Ce sont les travaux secondaires comme l’huisserie ou les fenêtres qui ont pris du retard à cause des intempéries de cet hiver. La prouesse reste celle, en septembre 2017, du robot géant conçu par l’Université de Nantes qui a disposé en 54 heures sur le site trois couches de matériaux entre mousse expansive et béton.

En juillet prochain, cette maison de 95m2 baptisée Yhnova a vocation à devenir un logement social : une famille sera sélectionnée pour occuper cet étrange bâtiment sans aucun angle, truffé d’innovations à l’intérieur-même de l’habitat. L’architecte Charles Coiffier précise que « le système domotique, que l’on gère sur son smartphone, est très perfectionné ». Un écrin technologique pour la bonne cause qui, s’il fonctionne, aura mission à se répandre.

En effet, l’impression 3D béton permettrait trois avantages : elle représente un gain de temps important tout en étant un gage de sécurité au travail, elle diminue l’impact environnemental, enfin, elle réduit les coûts et pourrait ainsi être la solution pour lutter contre la crise du logement dans les pays développés.

Le robot Bâtiprint3D de l’Université de Nantes.

Le projet Yhnova et sa technologie appelée Bâtiprint3D demande une manutention moins éprouvante qui réduit la pénibilité et les risques sur le chantier et cette automatisation du travail fait passer les temps d’attente pour un tel chantier de 2 semaines à seulement 3 ou 4 jours. Les méthodes de construction classique nécessitent plus de matériaux alors que l’impression 3D donne une maîtrise géométrique accrue pour dessiner des formes optimisées. Un point essentiel quand on sait que le béton est l’une des ressources les plus utilisées sur Terre après l’eau.

La diminution des coûts et du temps de création des structures incitent en même temps à pouvoir proposer des maisons sûres accessibles à tous. C’est le cas de certaines entreprises dont le but est de bâtir un monde plus durable grâce à la technologie 3D. La start-up texane Icon a développé une imprimante 3D étant capable de construire une maison en 24 heures seulement pour 4 000 dollars de production. Le 12 mars 2018, la société a révélé son union avec l’ONG New Story qui transforme la vie des communautés. Partant du constat qu’un milliard d’individus n’ont pas accès à un logement convenable, Icon et New Story veulent agir contre le mal-logement actuel.

Après une série de tests sur ses matériaux, la start-up emmènera son imprimante Vulcan au Salvador pour construire 100 maisons durables, abordables et ce, plus rapidement que jamais. Ne voulant pas monopoliser le marché, elle externalise les recherches et souhaite que des gouvernements et d’autres ONG soient prêts à user d’un système similaire pour résoudre la pénurie mondiale de logements.

C’est en s’inspirant de l’intelligence collective et de l’open-innovation que nous pourrons tenter de répondre aux enjeux de demain.

It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone