Planter des arbres pour obtenir son diplôme, l’idée originale et géniale du gouvernement Philippin

Par Mathilde B.
— Juin 14, 2019


Si Greta Thunberg était Sénatrice… Les élèves des Philippines devront planter 10 arbres avant d’obtenir leur diplôme.

Planter des arbres pour obtenir son diplôme, l’idée originale et géniale du gouvernement Philippin

Dans un des pays les plus touchés par la déforestation, 75% de la surface forestière nationale ayant disparu au XXème siècle, la Chambre des représentants des Philippines a décidé de prendre cette mesure pour le moins inédite.

 

“Pourquoi devrais-je faire des études en vue d’un avenir qui n’existera bientôt plus si personne ne fait rien pour le sauver ?” lance Greta Thunberg pendant sa conférence TED, « l’ambassadrice de conscience » des Fridays for Future, égérie adolescente du combat contre le changement climatique.

 

Peut-être qu’en 2019, avoir de bonnes notes ne devrait plus être la condition sine qua non pour faire son entrée dans le monde.

 

C’est en tout cas ce que tente de démontrer deux membres de la Chambre des représentants des Philippines. Ils ont soumis au vote avec succès le projet de « Loi sur l’héritage de la remise des diplômes pour l’environnement » qui devra être validé par le Sénat.

 

En effet, les Philippines comptent 7 641 îles qui connaissent une crise environnementale sans précédent due à l’exploitation illégale du bois principalement : sa superficie forestière étant passée de 70% à 20% en un siècle.

 

À raison d’un minimum de 10 arbres par personne pour 12 millions d’élèves sortant du primaire, 5 millions de lycéens et 500 000 étudiants du supérieur diplômés chaque année, l’archipel devrait se reverdir de 175 millions nouveaux arbres plantés par an.

 

Selon CNN Philippines“même si, après une génération, 10 % seulement des arbres plantés survivent, cela pourrait faire 525 millions d’arbres supplémentaires dont la jeunesse pourra profiter quand viendra pour elle le temps de prendre les rênes du pays.

 

Autrement dit, avec cette loi, le Politique consentirait à de réels investissements au nom de la sensibilisation à l’urgence écologique : des organismes gouvernementaux seraient mobilisés pour créer des pépinières, repérer les sites à investir et surveiller la plantation en offrant une assistance technique aux étudiants.

 

«À cette fin, le système éducatif doit être un lieu où l’on propage l’idée d’un usage éthique et durable des ressources naturelles chez les jeunes afin de garantir la culture d’une citoyenneté socialement responsable et consciente », peut-on lire dans le projet de loi rédigé par le député Gary Alejano.

 

À l’image d’un mouvement prenant une ampleur considérable chez nous, celui d’une jeune génération en marche pour le climat qui se lève dans les pays Occidentaux afin de placer la préservation de l’environnement comme un sujet majeur dans toutes les sphères de la vie politique. Il est agréable de voir que des dirigeants, à l’autre bout du globe, entament par la racine c’est-à-dire l’éducation, des mesures pour impliquer la jeunesse et avoir un impact positif sur le long terme.

 


Les fondateurs

Chaque semaine,
une newsletter

Suivez nous sur Twitter, Facebook, Linkedin, Instagram et Spotify