Co-créer les produits avec les industriels pour enfin mieux manger

Par Mathilde B.
— Sep 16, 2019


Créée en 2017, ScanUp est une FoodTech startup ayant développé une application mobile du bien-manger.

Co-créer les produits avec les industriels pour enfin mieux manger

ScanUp propose le même service que Yuka en allant plus loin scientifiquement et conceptuellement car les utilisateurs peuvent co-créer les aliments.

L’application – gratuite bien sûr – ne se contente pas d’une note, elle affiche le degré de transformation des produits selon une norme stricte et reconnue. La co-fondatrice Caroline Péchery explique : « Nous sommes partenaires du Siga. Nous sommes les seuls à utiliser leur classification scientifique aujourd’hui : leur système donne un indicateur qui va informer sur le degré de transformation des produits. » Le Siga est un organisme œuvrant pour une alimentation plus saine, soutenu par le docteur Anthony Fardet qui a écrit le livre Halte aux aliments ultra transformés !

 

 

Car si Yuka a eu le mérite de démocratiser le sujet de la transparence alimentaire, l’application se base sur des indicateurs aléatoires donnant un feu vert ou un feu rouge ; tandis que ScanUp fournit le nutri-score du produit, les labels et les moindres détails de la composition.

 

L’innovation inédite réside dans l’espace de dialogue entre les marques et les consommateurs qui peuvent voter pour certains critères dont l’origine des ingrédients ou la composition. « C’est notre business model : les annonceurs payent pour ce service-là. Les tarifs varient en fonction du nombre de questions qui sont posées. » nous dit Caroline Péchery car il est facile de noter qu’aujourd’hui les marques cherchent des garanties de clean labels car la dynamique informationnelle des applications leur ont fait comprendre qu’elles ne peuvent plus se permettre de rester indifférente.

 

C’est pourquoi ScanUp s’inscrit dans une démarche naturellement pro-active : « Pour avoir un impact sur la qualité des produits de demain, il faut travailler avec ceux qui produisent à grande échelle. On collabore pour être dans une démarche plus proactive. Les grandes entreprises sont hyper challengées par les nouvelles marques. Pour se lancer dans l’alimentaire aujourd’hui, il faut être irréprochable, sinon ça fait des projets mort-nés. C’est sûr que c’est plus compliqué pour une grosse boîte comme Danone que pour start-up qui vient de se lancer. Ça peut prendre du temps… Mais tous les acteurs du secteur sont dans cette démarche-là. »

 

Il faut tout entreprendre pour remonter la pente de cette crise de confiance sur la sécurité alimentaire, ensemble.


Les fondateurs

Chaque semaine,
une newsletter

Suivez nous sur Twitter, Facebook, Linkedin, Instagram et Spotify